L’Institut au quotidien, comment ça marche ?

Le soutien financier, un autre volet de l’aide apportée aux lauréats
En plus de l’accompagnement individuel et collectif, l’Institut apporte aussi un soutien financier aux lauréats, sous forme de bourses ou de prêts. Les règles d’attribution sont approuvées par le Conseil d’Administration. Cette aide est apportée après étude des situations individuelles. Elle complète les dispositifs existants, sans s’y substituer.

51fef36a-4630-4551-b80c-c4e37faaabdd

Une aide, pour quoi ?
Trois types de soutien financier sont apportés par l’Institut :

  • bourse de scolarité pour contribuer aux frais d’inscription en formation. Plafonnée à 2000€, elle peut dans certains cas être complétée par un prêt d’honneur.
  • bourse de vie mensuelle pour permettre aux lauréats qui suivent une formation de se consacrer pleinement à leurs études. Le montant de la bourse de vie est calculé sur critères sociaux; il est plafonné à 400€ en région et à 500€ en île-de-France.
  • bourse de projet, coup de pouce ciblé pour aider un lauréat à faire avancer son projet de création d’activité : petit investissement, formation ciblée, frais exceptionnels… Le plafond de cette bourse est de 2000€.

Une aide, comment ?

  • Le lauréat formule une demande de bourse auprès de l’Institut, en présentant des justificatifs de sa situation et les raisons qui motivent la demande de bourse.
  • Le chargé d’accompagnement qui suit le lauréat donne un avis concernant cette demande de bourse.
  • Le comité des bourses, composé de la directrice générale, du directeur adjoint et de la responsable de la procédure des bourses, se réunit régulièrement pour étudier les demandes et statuer sur l’attribution ou non d’une bourse ainsi que son montant.

Un nouveau système d’aide se met en place en cette rentrée

  • En partenariat avec l’association Parcours Confiance, dispositif de la Caisse d’Epargne, les lauréats peuvent désormais faire des demandes de prêt.

parcours-confiance

Retour à la newsletter


Clément, de la promotion 2016, parle de son SVE

clement-sve

Clément, lauréat de la promotion de printemps 2016 de l’Institut de l’Engagement, revient sur son expérience en mission de Service Volontaire Européen.

Il parle également de son statut de lauréat de l’Institut de l’Engagement :

« À mon retour en France j’ai été sélectionné par l’Institut de l’Engagement pour démarrer ma propre activité de coaching en langue, et j’ai postulé à plusieurs formations diplômantes pour devenir un véritable professeur de français.

Je suis actuellement en train de réaliser mon projet. »

Retrouvez son parcours : à lire ici


Martin Hirsch, président de l’Institut de l’Engagement, sur LCI

 

Retrouvez l’intervention de Martin  Hirsch, président de l’Institut de l’Engagement, dans l’émission LCI-Midi, présentée par Marie-Aline Méliyi.

Thématique de l’émission : des missions de Service Civique sont proposées par des mairies et des collectivités locales. Elles sont destinées à des jeunes qui veulent remplir une mission d’intérêt général.

Les invités : Martin Hirsch, président de l’Institut de l’Engagement et Francis Chouat, maire d’Evry. »

Martin Hirsch y parle de l’Après Service Civique et de l’Institut de l’Engagement à 05:50.

 


Morgan, de la promotion 2016, lauréat du Prix Gabriel Live For Good

14291640_1190256464382603_6849703946556218634_n

Morgan, lauréat de la promotion de printemps 2016 de l’Institut de l’Engagement, est officiellement lauréat du Prix Gabriel Live for Good !

Voici son projet : Jam Road, consiste à organiser un festival itinérant de Jam culturel, en proposant de mettre en commun le travail de différents artistes, le tout dans un lieu en perdition qu’il s’engage à réaménager et à sécuriser dans l’optique de le remettre à la sphère associative locale après le festival.

Grâce à ce prix, Morgan sera accompagné durant un an pour le développement de son projet dans un incubateur social et bénéficiera d’un soutien financier et de mentorat. Il rejoindra également la Communauté des Entrepreneurs for Good qui lui donnera accès à une multitude de services pour l’aider à développer son projet même au-delà des 12 mois d’incubation et lui permettra d’échanger avec tout un réseau d’entrepreneurs sociaux. Morgan a présenté son projet et s’est vu remettre le prix par Jacques Attali lors du Positive Economy Forum au Havre Vendredi dernier.

Félicitations, Morgan !

Retrouvez les 4 autres lauréats.

Retrouvez également les finalistes en vidéo (Morgan apparaît à la fin) :

Retour à la newsletter


Audrey, lauréate 2015 à l’honneur sur le site Carenews

audrey-2015-carenewsAudrey, lauréate de la promotion 2015 de l’Institut de l’Engagement, est à l’honneur sur le site de Carenews.

« Des études en histoire européenne, un volontariat en service civique, un passage par l’Institut de l’Engagement (promotion 2015) et une formation en management culturel (MECIC Paris) sont les expériences déterminantes « qui ont confirmé [son] attrait pour tout ce qui touche à la culture, à l’engagement citoyen et au mécénat sous toutes ses coutures. »

Retrouvez l’article : à lire ici


Logo de la promotion 2016

Pendant sa conférence, Plantu caricaturiste du Monde et fondateur de Cartooning For Peace a dessiné en live le logo de la promotion 2016 de l’Institut de l’Engagement : la promotion Chrysal’IDE !

Dès le lendemain Jean Plantu a proposé trois versions du logo.

Après un vote, les lauréat de la promotion 2016 ont choisi ce logo :

2016-07-06 11:16:54

Pour revivre la conférence de Plantu, c’est ici :


Léa, de la promotion 2016, parle de l’Institut sur RTVfm

service-civique

Léa, lauréate de la promotion 2016, revient sur sa mission de Service Civique et parle de l’Institut de l’Engagement sur RTV FM – Radio Territoire Ventoux !

Vous pouvez écouter son passage sur l’Institut à la 36ème minute.

Pour écouter l’émission : cliquez-ici

Pour rappel, les candidatures à l’Institut de l’Engagement sont ouvertes jusqu’au 20 septembre 2016.

Pour déposer un dossier : candidat.engagement.fr


Quatre lauréats à la frontière Ukraino-Polonaise

Quatre lauréats ont participé à un voyage de presse organisé par le CRIF à la frontière Ukraino-Polonaise.

Retrouvez le témoignage de Léontine, qui a pu vivre cette belle expérience. Lire la suite


Université d’été de l’Engagement – Autrans 2016

EN IMAGES…

Du 31 juin au 7 juillet, les lauréats de la Promotion de printemps 2016 de l’Institut de l’Engagement ont pu se retrouver pour leur première Université de l’Engagement, à Autrans. Hébergés par La Ligue de l’Enseignement de l’Isère et L’Escandille Village Vacances Cap, les lauréats ont donc profité de cette Université d’été de l’Engagement pour assister à des conférences, ateliers, randonnées, activités sportives et moments de vie de promotion. C’était également l’occasion de discuter de leur projet avec leur chargé(e) d’accompagnement et de rencontrer l’équipe de l’Institut de l’Engagement.

Lire la suite


Le Dauphiné Libéré – Article sur l’Institut de l’Engagement – 6 Juillet 2016

Suite à l’Université d’été de l’Engagement, Le Dauphiné Libéré a consacré à l’Institut de l’Engagement et à ses lauréats un papier, dans son édition du 6 juillet !
A lire ci-dessous : Article

Article Dauphiné Libéré 6 juillet

AUTRANS-MÉAUDRE-EN-VERCORS
Ces lauréats de l’institut de l’engagement qui courent vers leur avenir
Ils viennent de France, des Dom-Tom ou d’ailleurs, ont entre 16 et 29 ans, bac -5 pour les uns, +5 pour les autres, mais tous ont un point commun : ils ont effectué un service civique avant d’être retenus parmi les lauréats de l’institut de l’engagement (lire L’Info en +). «Certains disent qu’on perd un an, note Maëlys, de Saint-Egrève. Alors que pas du tout, on apprend autre chose durant notre service civique, chacun y puise des apports différents ».

Leurs parcours ont parfois emprunté des chemins de traverse mais tous poursuivent aujourd’hui un but. Vianney raconte : « A l’institut, nous pouvons exposer nos projets, ils nous poussent à y croire et on ne nous prend pas pour des hurluberlus. C’est l’humain qui prime. Le service civique et l’institut me redonnent doublement confiance alors qu’auparavant, j’avais des allocations de 3,45 € par jour, autant dire rien ».

« On est conscients de la merde dans laquelle on est, mais on a du pouvoir »
Leurs études, ils les ont parfois poussées loin, « mais on se rend compte que les voies type licence ou Masters ne mènent nulle part, insiste Maureen. On est conscient de la merde dans laquelle on est, économiquement, socialement, mais on sait aussi qu’on a du pouvoir. Pour autant, si j’avais eu un contrat après mes études, je ne serais pas venue. Pour moi, le service civique c’était comme un stage, l’Institut, lui, est un vrai plus. » Le Réunionnais Clément a quitté une île « où 50 % des jeunes sont au chômage, le service civique était une chance que je vais conseiller à mes potes qui sont dans la galère ».

Motivés (toujours), indignés (souvent), Isaline, Hugo et les autres lauréats 2016 posent leur regard critique sur la société dont le système général ne leur plaît que modérément. Mais dans leurs yeux et leurs bagages, ils ont cet atout que l’Institut a repéré : l’énergie de la jeunesse qui aspire au changement.

L’institut en bref : L’Institut de l’engagement retient chaque année 500 lauréats repérés pour leur potentiel, quel que soit leur niveau de diplôme, leur origine sociale ou géographique. Il leur permet de reprendre une formation, de trouver un emploi ou de créer leur activité. Ces 500 jeunes sont réunis en séminaire à Autrans jusqu’à jeudi à l’Escandille.300 entreprises, associations, institutions et établissements de formation sont partenaires.

La Bordelaise Eurydice, 24 ans, a effectué son service civique dans la communication, « ça m’a fait mûrir et permis de m’engager dans des causes qui me sont chères comme le développement durable. J’ai pu aussi peaufiner mon projet professionnel. Je vais reprendre mes études à la rentrée après avoir rencontré à Autrans des gens que je n’aurais jamais croisés sans l’institut de l’engagement.

Le Togolais Valentin, 25 ans, a effectué son service civique dans le soutien scolaire avant de postuler à l’université. « J’ai fait trois ans de médecine au Togo mais il n’y a pas d’équivalence. Je reprends donc à zéro à la rentrée. Ma motivation, c’est de pouvoir venir en aide à toute personne. Et l’institut de l’engagement m’aide pour accumuler le plus de chances. Les obstacles ? On en a toujours mais il faut le courage de les affronter et le courage, je l’ai.

Retour à la newsletter.