Partager sur Facebook Bookmark and Share

Telecom EM signe un partenariat avec l’Agence et l’Institut du service civique pour ses programmes « grande école » et bachelor

Télécom École de management, l’Agence du service civique et l’ISC (Institut du service civique) ont signé le 31 janvier 2013 un accord de partenariat comprenant trois volets, annonce l’école.

Le premier est l’intégration des missions du service civique dans le programme « grande école » de Télécom EM : les étudiants auront ainsi la possibilité de valider leur stage de fin d’études ou leur année d’immersion en entreprise en effectuant une mission de service civique.

Le second volet est la création d’une voie d’admission spécifique dans le programme bachelor de TEM, pour les jeunes lauréats de l’ISC. Dans un premier temps, ce dispositif concernera deux jeunes au maximum, qui bénéficieront d’une « réduction, voire d’une exonération des frais de scolarité, ainsi que d’une aide financière », indique Denis Lapert, directeur de TEM.

Le troisième volet est la possibilité, pour des jeunes lauréats de l’ISC, de se lancer dans la création d’entreprises en bénéficiant gratuitement des services de l’incubateur de l’école. Cet accord « est en cohérence avec l’engagement social et républicain de Télécom EM », commente Denis Lapert.

Il s’intègre dans le cadre du programme que propose l’institut du service civique ­ présidé par Martin Hirsch, ancien haut commissaire aux solidarités actives ­ à des lauréats de l’ISC de moins de 27 ans « ayant fait preuve de qualités particulières pendant leur service civique ».

Ce programme comprend trois filières : « formation », « parcours professionnel » et « création d’activité ». 150 jeunes ont été retenus la première année (en 2012) sur ces trois volets, dont 65 % de niveaux bac+1 à bac+5 et 71 % de femmes. L’institut relance l’opération en 2013 et table sur quelque 200 jeunes.

Des jeunes « détectés » par l’Institut, puis accompagnés vers des études

Plus spécifiquement, pour la filière « formation », près de 60 jeunes ont été accueillis en 2012 dans un établissement d’enseignement supérieur partenaire de l’institut. S’y ajoutent 25 jeunes dans une formation en alternance. Une trentaine d’établissements sont partenaires de l’institut dans ce cadre, indique Claire de Mazancourt, responsable de l’ISC, dont sept universités, autant d’écoles de management et d’écoles d’ingénieurs, quatre instituts de travail social et deux IEP. « Des contacts sont aussi bien avancés » avec d’autres écoles ou réseaux, entre autres celui du réseau des Polytech ou celui des Insa, précise-­t­-elle.

L’idée est de proposer l’admission des jeunes dans ces établissements après les avoir détectés via une procédure d’admission spécifique, sur dossier et entretien, et de les avoir accompagnés pour préciser leurs projets. Claire de Mazancourt insiste sur la nécessité de « croiser les regards » : le jury est mixte, comprenant des représentants de l’enseignement supérieur, du milieu associatif et de celui des entreprises. Il détecte « des jeunes à haut potentiel ayant un projet d’études et que l’Institut peut aider ».