Partager sur Facebook Bookmark and Share

EDITO – Actu de l’Institut – Juin 2016

Par Martin Hirsch, président de l’Institut de l’Engagement

Quelques petites choses à propos de l’Institut. L’Institut de l’Engagement, c’est, chaque année, quelques défis invraisemblables à relever. Jugez vous-même.

En 2012, notre première promotion comptait 150 lauréats. En 2016, nous en accueillons 700, avec deux séquences de recrutement la même année. 500 ont déjà rejoint l’Institut et 200 seront recrutés à l’automne.

Nos 1 500 premiers lauréats ont tous effectué un Service Civique ou un Service Volontaire Européen. En 2016, nous ouvrons l’Institut à quelques lauréats qui nous convaincront grâce à une autre forme d’engagement : le bénévolat, parce que beaucoup de jeunes ont choisi d’y consacrer beaucoup de leur temps et de leur générosité.

En 2016, deux de nos lauréates sont majores de leur promotion dans leur école de management. Quand on vous disait que cela valait la peine d’ouvrir les portes à des jeunes qui, à travers leur engagement, avaient fait la preuve de leur talent…

Les 500 lauréats de printemps 2016 seront à Autrans pour leur intégration tout début juillet. Après une année 2014-15 consacrée au réchauffement climatique, une année 2015-16 où nous avons réfléchi aux différentes formes de populisme, le thème choisi pour la nouvelle promotion est « guerres et paix », dans un monde que nous savons instable. Toujours la même exigence de confronter les lauréats aux questions les plus difficiles, car nous savons que c’est à eux qu’il appartiendra de façonner la société de demain.

En 2012, nous démarrions avec quelques soutiens. En 2016, nous avons la joie de constater que les contributions « en nature » (bénévolat, mécénat de compétence, partenariats) apportent des ressources d’un montant équivalent à nos moyens financiers. Votre concours nous permet donc de doubler nos forces !

Il faut continuer à soutenir l’Institut, qui malgré ces résultats extraordinaires, est encore d’une grande fragilité et qui, plus que jamais, a besoin de soutiens solides.

Retour à la newsletter