EDITO – L’actu de l’Institut #17

Nouvelle promotion, promotion digitale ?

Par Matthieu Schenk, Community Manager de l’Institut de l’Engagement

Avec l’admission de la nouvelle promotion d’automne 2017 de l’Institut de l’Engagement, c’est le moment des premières prises de contact entre les lauréats et leurs chargés d’accompagnement, des premières mises en relation… et déjà des premières rencontres et de l’animation sur les réseaux sociaux !
Comme chaque année, dès que la liste d’admission est publiée, les nouveaux lauréats sont invités à intégrer le groupe privé Facebook de leur promotion, un groupe qui leur permet d’échanger sur leurs projets, leurs parcours, mais aussi leurs “bons plans”. Un groupe dans lequel l’équipe de l’Institut publie également régulièrement des invitations à des événements, des informations utiles, des opportunités à saisir.
Signe des temps, chaque promo nous semble plus digitale que la précédente : ainsi, en seulement 3 semaines, plus de 150 messages ont été publiés par les lauréats, pour se présenter les uns aux autres, pour déjà travailler ensemble sur leurs projets… et ce n’est qu’un début !
Nous sommes heureux de partager ci-dessous quelques exemples de ces messages qui illustrent parfaitement l’esprit de corps si particulier qui anime une promotion de l’Institut de l’Engagement, dès sa création. Vivement la suite, notamment lors de l’Université de l’Engagement à Tunis fin janvier, pour passer du digital au “réel”… et vice-versa !

Maoueheb (qui a fait la première présentation) : “Bonsoir tout le monde, voilà je commence à me présenter et j’aimerais bien vous connaître aussi, je suis Maoueheb (c’est un prénom arabe et signifie les talents) j’ai 24 ans, tunisienne , j’ai terminé ma licence en informatique de gestion en 2015, et je suis avec vous aujourd’hui pour poursuivre mes études en master.
#engagé_un_jour #engagé_toujours !”

Margaux : “Bonsoir tout le monde;
Bon après avoir lu de nombreuses présentations je pense qu’il est temps que je le fasse! Je suis impressionnée devant tant de parcours différents et de positivité dans vos messages ! 😉
Moi c’est Margaux j’ai 22 ans, et je vis au fin fond de ma petite Corrèze (un petit coin de paradis sur terre). J’ai toujours voulu être soigneur animalier depuis petite. J’ai donc effectué différents stages en zoos et plusieurs animations dans ces derniers. Il y’a un an j’ai fait de l’écovolontariat dans un centre de soins à la faune sauvage au pays basque, et c’est comme ça que j’ai décroché un Service Civique chez eux, à l’association Hegalaldia (une asso de protection de la nature qui a une partie centre de soins). Cette mission c’était le rêve, j’ai passé 10 mois sur un petit nuage, le top du top quoi 😉 . Maintenant je souhaite apprendre la langue des signes, car cette langue m’a toujours fascinée et pour avoir été confrontée à des sourds plus d’une fois (en zoos,centre de soins ou même dans la rue), je me suis à chaque fois trouvée bête de ne pas pouvoir leur dire ne serait-ce bonjour, au revoir ou merci.
J’ai hâte de vous rencontrer à Tunis, à très vite !”

Valentin : “Bonjour à tous 🙂
J’en profite pour me présenter aussi après avoir vu tous ces profils assez impressionnants, je me dis qu’on a énormément de chance d’être ici et de pouvoir se parler de nos projets 😮
Je suis Valentin, j’ai 22 ans et j’habite à Strasbourg 🙂 J’ai fais mon Service Civique à la Fédération du Bas-Rhin de la Ligue de l’enseignement. Je suis réalisateur et metteur en scène de formation après des études un peu.. mouvementées sur Bruxelles. Mon projet serait de créer une société de production à destination des jeunes de quartiers (mais pas que) , afin de les guider dans les projets artistiques qu’ils pourraient avoir. Je suis impatient de pouvoir parler avec vous à Tunis :D”

Bilel : “Salut tout le monde ! Je souhaite tout d’abord remercier l’Institut de l’Engagement de m’avoir retenu à vos côtés.
Depuis l’ouverture de ce groupe, je suis sans voix face à l’ensemble de vos témoignages !
Je vous souhaite la plus grande des réussites dans vos projets associatifs & professionnels.
Rentrons dans le vif du sujet…
Je m’appelle Bilel. J’ai 23 ans (depuis aujourd’hui). Je suis entre deux villes :
Aulnoye-Aymeries (Nord), là où je fais mon Service Civique, et Paris, là où je fais mes études à l’Université Paris-Dauphine en L3 Economie et Ingénierie Financière.
Depuis Mai 2017, je suis en Service Civique au centre social La Florentine (Aulnoye-Aymeries, Nord) et après mon service civique je souhaite intégrer une grande école de commerce ou un institut d’étude politique afin de devenir consultant, et bien sûr développer mon engagement associatif. Voilà… A très bientôt ! Impatient d’échanger et d’apprendre à l’université de Tunis.”

Retour à la newsletter.

Forum O21 – Des lauréats témoignent à Nancy

Lycéens et étudiants, avaient rendez-vous le 1er décembre 2017 à Nancy pour le Forum O21.

Afin de mieux comprendre le monde de demain, et faire les bons choix aujourd’hui, Le Monde a créé « O21, s’orienter au 21e siècle ». Dans chaque ville, les participants peuvent pendant deux jours échanger avec des dizaines d’acteurs innovants, venus de l’enseignement supérieur, du monde de l’entreprise ou de l’univers des start-up.

L’Institut de l’Engagement est partenaire de cet événement.

2 lauréats, étaient ainsi invité à Nancy à témoigner lors du Forum :

Cécile, lauréate de la promotion d’automne 2016

O21. « Pour trouver sa voie, il faut fermer ses oreilles à la pression familiale »

« Cécile Martinelli, qui travaille dans une association d’aide à la mobilité internationale des jeunes, ne regrette pas ses choix : fac de langues, BTS dans le tourisme et l’animation, licence dans le patrimoine et la culture, volontariat en Bulgarie… « Tout ce que j’ai fait avant me sert aujourd’hui. Il y a un fil rouge », a expliqué cette lauréate de l’Institut de l’engagement lors d’une des conférences O21/s’orienter au 21e siècle à Nancy, vendredi 1er décembre. »


Bachir, lauréat de la promotion 2015

O21 : « Jeune banlieusard, devenir avocat me paraissait inaccessible »

« Avocat et lauréat de l’Institut de l’engagement, Bachir Belkaïd s’orientait initialement vers un BTS professions immobilières. Il avait opté pour une alternance, trouvé une école, mais pas d’employeur.
Son « année sabbatique forcée » lui a fait du bien : « Parfois, chuter, c’est aussi la meilleure chose qui puisse nous arriver » a-t-il souligné vendredi 1er décembre à Nancy, auprès du jeune public d’O21/s’orienter au 21e siècle. Dans un monde en mutation, comment trouver sa voie ? Rendez-vous aux conférences et ateliers O21, organisés à Nancy les 1er et 2 décembre, puis à Lille, Nantes, Cenon (Bordeaux) et Paris. »