Lauréats 2012, que sont-ils devenus ?

Laureats-2012Les 150 lauréats de la promotion 2012 sont maintenant lancés dans leurs projets. Plus de 80 d’entre eux sont en formation, dont environ 25 en alternance. Près de 25 portent un projet de création d’entreprise. Une trentaine sont en emploi ou sont accompagnés par l’Institut dans leur recherche d’emploi.

Que font-ils ? Quelques exemples…

  • Maura, qui se sentait en situation d’échec, a quitté la Martinique et prépare son DAEU pour pouvoir entreprendre des études d’infirmière.
  • Mehdi, après un Service Volontaire Européen en Bulgarie, est depuis septembre à Sciences-Po Lyon.
  • Marion porte un projet de création d’entreprise pour promouvoir un produit qui apporte une meilleure image de soi à des personnes handicapées.
  • Sarah entreprend un parcours de formation commerciale en alternance.
  • Virginie aide des jeunes handicapés à surmonter les barrières qui les freinent dans leur accès aux études supérieures et à l’emploi.
  • Vanessa a entrepris une formation de monitrice éducatrice,
  • Ponnarith commence son parcours professionnel en tant que consultant junior,
  • Albin est en école d’ingénieur ; il veut apprendre à traiter les problèmes de gestion de l’eau qu’il a rencontrés pendant son Service Civique en Haïti.
  • Jean-Claude a pu intégrer le Master IDEA (Innovation, Design, Entreprenariat et Arts), master créé en partenariat par Centrale Lyon et l’EM Lyon.

Clément nous raconte son expérience…

Clément développe son activité de sensibilisation au handicap et a pu se doter de l’équipement nécessaire permettant de simuler sur une personne valide les effets d’un handicap.

Pour Mérane, un nouvel avenir se dessine…

Après un Service Civique en Haiti, Mérane poursuit un master sur les questions humanitaires, accompagnée par Karine Guldemann, déléguée générale de la Fondation Elle.

Une lauréate, un projet

Pour Sandy Courjal, 26 ans, le commerce équitable permet de placer l’homme au cœur des échanges. Après un BTS en Commerce international qui ne répondait pas à toutes ses attentes, Sandy est partie à l’étranger pendant 1 an et demi. Elle a finalement repris ses études avec un DESS Commerce Equitable et Economie Sociale et Solidaire.

Dans le cadre de l’association étudiante « Cultivons l’éthique », liée au DEES, Sandy a fait un service civique de 6 mois. Elle a ainsi pu développer les actions menées par l’association (marché de Noël, soirée débats, etc.) et travailler en liens étroits avec des partenaires, dont l’association Madagascar Solidev, qui commercialise de l’artisanat issu d’une coopérative de femmes de pêcheurs et de marins sur la côte Est de Madagascar.

Envoyée en mission pendant 2 mois au sein de cette coopérative pour travailler sur le coût de production de produits et sur la conception d’outils de communication, Sandy a réalisé un travail préparatoire pour la mise en place de ce qui est devenu son projet au sein de l’Institut du Service Civique : un programme de restructuration visant à favoriser l’autonomie des femmes et de la coopérative Kovapamina en les professionnalisant.
Les femmes qui travaillent au sein de la coopérative ayant fait la demande d’un accompagnement sur place, Sandy a décidé de s’y rendre et construit sa mission dans le cadre d’un Volontariat de Solidarité Internationale. L’Institut du Service Civique accompagne financièrement le projet.

Sandy est maintenant prête à s’envoler pour Madagascar et rejoindra le 12 mars 2013 la coopérative à Toamasina (Est de Madagascar).

La promotion OdyISCée, le début d’une grande aventure…

En juillet 2012, ils étaient une centaine à découvrir Bugeat, en Corrèze, sans se connaître, ni savoir tellement ce qu’ils allaient faire pendant cette semaine appelée « séminaire ». Un petit plongeon vers l’inconnu : le premier séminaire de l’Institut du Service Civique.

Pendant sept jours, ils ont vécu ensemble. Ils ont écouté des intervenants, discuté, réagi, posé des questions, protesté, appris, animé, proposé… Et choisi de poursuivre ensemble cette aventure en constituant une promotion : la première promotion de l’Institut du Service Civique, la promotion « OdyISCée ».
En choisissant ce nom de promotion « OdyISCée », les lauréats ont souhaité illustrer l’aventure humaine qu’ils vivaient. Mais ils ont aussi voulu transmettre l’image d’un parcours qui n’est jamais terminé, que de nombreux rebondissements parfois inattendus ponctuent.

photo-200x150-odysceeUne semaine, ce n’était pas assez. Il fallait garder « l’esprit de Bugeat ». Il fallait trouver un moyen de préserver cette effervescence, ce concentré de jeunesse, d’engagements et de rêves qui avait pris corps. Le dernier jour du séminaire, quelques lauréats – ils devaient être une dizaine – se sont assis, les pieds dans l’herbe, et ont réfléchi ensemble. Les nombreuses heures de sommeil à rattraper n’ont pas altéré leurs réflexions. « On va créer une association ! » s’est écrié l’un d’eux. Moue sceptique pour certain, sourire de victoire pour d’autres, ils ont commencé à discuter. Elle s’appellera Alisc. L’Association des Lauréats de l’Institut du Service Civique. Cette association aura pour but de préserver les liens tissés entre les lauréats, par des rencontres, par des partages de compétences, par des projets communs.

« Je suis exténué, mais je serais bien resté ici une semaine de plus » : c’est ce que beaucoup ont avoué à la montée dans le car du retour. Malgré une pointe de tristesse, visible chez plus d’un au moment du départ, d’autres aspirations étaient nées, un objectif commun était défini.

Aujourd’hui, six mois après, différents groupes de travail se sont mis en place pour mener à bien cette idée folle. Certains préparent le site internet, d’autres rédigent les statuts associatifs qui seront bientôt déposés, d’autres encore proposent des évènements pour que les lauréats se retrouvent régulièrement. Une chargée de communication et une coordinatrice ont été élues, l’une pour transmettre aux 150 lauréats des informations régulières sur la mise en place de l’association, l’autre pour guider les différentes équipes dans leurs missions.

La prochaine promotion de lauréats sera connue dans quelques mois. Alisc, ce sera aussi un lien entre OdyISCée et la promotion 2013. Pour mettre en commun plus d’expériences, plus de compétences, et plus de pouvoir d’agir.

Telecom EM signe un partenariat avec l’Agence et l’Institut du service civique pour ses programmes « grande école » et bachelor

Télécom École de management, l’Agence du service civique et l’ISC (Institut du service civique) ont signé le 31 janvier 2013 un accord de partenariat comprenant trois volets, annonce l’école.

Le premier est l’intégration des missions du service civique dans le programme « grande école » de Télécom EM : les étudiants auront ainsi la possibilité de valider leur stage de fin d’études ou leur année d’immersion en entreprise en effectuant une mission de service civique.

Continue reading